La fabrique de l’oubli

19 mai 1962, la fin de la guerre d’Algérie inaugure une vaste vague de représailles à l’encontre des harkis abandonnés par l’armée française. Certaines familles réussiront à prendre le bateau pour la France. Mais à la violence de la guerre succèdera celle des camps, des cités dites « d’accueil », ces centres de transit, ou ses hameaux de forestage. Ce travail soutenu par le conseil Régional du Languedoc Roussillon revient sur les traces de ce passé et sur le difficile exercice de la mémoire.