Chronique paysanne -
4366
post-template-default,single,single-post,postid-4366,single-format-standard,wp-custom-logo,theme-bridge,bridge-core-2.1.6,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-20.3,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive

Chronique paysanne

Il est 6 h 30. Il fait froid. L’hiver semble déjà là. Un coq s’égosille. Nous sommes aux Baudrillons, une ferme comme tant d’autres, isolée au milieu d’étendues de champs labourés. Les travaux de l’exploitation n’attendent pas la clémence du temps. Jeanine traverse la cour baignée désormais par la lumière pale du levant. Bottes aux pieds, chaudement vêtue de plusieurs épaisseurs, parée d’un tablier vert, elle se mue chaque matin en un personnage à la croisée du bonhomme michelin et du géant vert pour la traite.

Sophie, sa fille, m’apprend un soir d’automne que les dernières vaches laitières vont quitter l’exploitation faute de repreneur.

J’ai donc pris la route, du sud au centre de la France pour arriver au petit matin… Ainsi s’est progressivement construit ce regard sur le monde agricole autour de 3 familles de paysans sur 4 saisons.

[NPG id=4021]

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.